6 questions essentielles à se poser avant d’adopter un lapin

Accueillir un animal est un vrai bonheur, mais c’est avant tout avoir la responsabilité d’un être vivant qui dépend entièrement de soit !

Avant de se lancer, il faut se poser les bonnes questions et évaluer chaque points importants avec minutie, car avoir la charge d’un animal est souvent plus important qu’il n’y paraît et, au premier abord, on ne pense pas forcément à tout.

Pour vous aider à évaluer votre capacité à prendre en charge un lapin de compagnie, voici une liste des conditions et des obligations que cela représente et ce, pour plusieurs années :

1 – La disponibilité

animal-71504_1280Pour bien des gens, avoir un lapin semble moins contraignant que d’avoir un chat car on imagine qu’il suffit d’avoir une petite cage et de lui permettre des sorties de temps à autre. C’est faux ! Un chat est beaucoup plus indépendant qu’un lapin. S’il a un environnement propice à son épanouissement, le chat pourra supporter de rester seul plus longtemps et plus souvent qu’un lapin de compagnie. Il faut prévoir aussi beaucoup de place pour loger votre futur protégé.

Les lapins ont un grand besoin de contacts et s’ennuient très vite. Dans la nature ils vivent en groupe et pour leur bien-être, ce comportement grégaire doit être recrée en captivité, avec vous. Adopter plusieurs lapins est une bonne chose pour leur santé mais très risquée si vous n’avez aucune connaissance préalable ou si vous manquez de place (organiser une quarantaine pour des individus venant de lieux différents, gérer le type de groupe en fonction du nombre de mâles et de femelles, pouvoir séparer les lapins jusqu’à leur stérilisation, si l’un d’entre eux est malade…).

Le plus souvent, les adoptants choisissent de maintenir leur lapin de compagnie enfermé (évitez les cages du commerce trop petites !!!). Mais même si votre compagnon habite dans un enclos ou un immense clapier, il faudra lui permettre des sorties de plusieurs heures par jour, ce qui n’est pas évident si vos obligations professionnelles ou sentimentales vous amènent à vous absenter une très grande partie de vos journées.

Si vous n’êtes pas absent(e) trop longtemps de votre domicile, il faut aussi songer au temps que vous devrez consacrer au nettoyage quotidien de la litière et des écuelles, de la préparation des repas (pesée et lavage des légumes, achat,…). Certes cela ne prends pas énormément de temps, mais dans une journée bien remplie ça compte quand même pas mal !

Il faudra aussi que vous puissiez lui prodiguer des soins tels que la coupe des griffes, des séances quotidiennes de câlins, même si vous devez vous asseoir par terre au cas ou votre compagnon n’aime pas être porté.

Et gardez bien à l’esprit que tout ne s’arrête pas pendant les vacances ou si vous êtes malade, hospitalisé,… avoir un animal, c’est tous les jours sans aucune exception !

2 – Avoir le budget nécessaire

A moins de vivre en autarcie (et encore), vous serez obligé de subvenir aux besoins de votre compagnon et dépenserez de l’argent pour cela. J’y ai d’ailleurs consacré un article récemment.

Que ce soit pour l’achat du matériel (au départ et quelques fois au cours de la vie de votre animal), pour la nourriture ou pour les soins vétérinaires, un animal de compagnie génère des frais, de plus, assez conséquents pour un si petit animal ! Par exemple, faire stériliser une lapine (la mortalité de lapines succombant chaque années à une tumeur des ovaires ou de l’utérus est énorme) vous coûteras plus cher que pour une chatte (le lapin est un être fragile et souvent plus petit que le chat. Les soins sont plus délicats donc plus coûteux). Les vaccins aussi ont un coût élevés par rapport au poids du lapin.

Soyez donc vigilant, avoir un lapin de compagnie coûte bien plus cher qu’il n’y parait, sans parler des petits plaisirs qu’on peut parfois avoir envie d’acheter rien que pour le bonheur de gâter son lapin ou, malheureusement, des frais de santé imprévus (et extrêmement cher, même avec une assurance spéciale).

3 – La place disponible

J’ai toujours été clair à ce sujet, un lapin doit être logé dans l’habitat le plus grand que vous puissiez lui offrir ! Oubliez de suite les cages traditionnelles ou à étage et les très chics petits clapiers en bois. Même très longs, ils n’offrent la hauteur adéquate dont un lapin doit disposer.

rabbit-400753_1280

Pour être heureux, un lapin doit avoir un habitat très long (au minimum d’1,20 m) pour courir, assez large pour ne pas se cogner en jouant et assez haut pour avoir l’espace nécessaire à l’exécution de ses cabrioles. Donc à moins de le laisser vivre en liberté chez vous (oui c’est tout à fait possible et de plus en plus rependu), si vous ne pouvez pas fournir un espace décent à votre futur protégé, vous devriez chercher un animal qui demande moins d’espace pour vivre sereinement.

4 – De la patience…

Oui, pour vivre avec un lapin, il faut être patient. Déjà parce qu’avant d’avoir acquis les notions de propreté, un lapin marque souvent son territoire en semant des crottes et de l’urine sur son passage. Cette situation est réversible la plupart du temps : si votre animal à un bac à litière à sa disposition lors de ses sorties, vous pouvez lui apprendre à l’utiliser (avec douceur) mais cet apprentissage peut être plus ou moins long.

Il faudra aussi être patient face à un lapin, car ils sont souvent timides et réservés à leur arrivée dans un nouveau foyer. Votre nouveau compagnon aura besoin d’un peu de temps (plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois) avant de vous connaitre, d’avoir confiance et de trouver sa place chez vous.

Il sera également fort possible que votre lapinou tente de se faire entendre en faisant du bruit pour attirer votre attention : grignoter les barreaux de l’enclos, taper du pied, détaler… Oui, le lapin est très têtu et peut être très bruyant. Autant prendre en compte ce paramètre qui peut être très important si votre logement est petit ou si vous supportez mal d’être dérangé au beau milieu de la nuit par un lapin impatient.

rabbit-778534_1920

5 – Être indulgent face à la propreté de votre intérieur

Si votre lapin vit à l’intérieur de votre logement, il vous faudra, comme cité plus haut, faire preuve de patience quant à la propreté de votre habitation : les crottes, les morceaux de litière et parfois même de l’urine seront rependu quotidiennement chez vous, surtout au début. Là encore, si vous ne supportez pas de devoir nettoyer plusieurs fois par jour, mieux vaut opter pour l’accueil d’un autre animal.

6 – Que les membres de votre foyer soient tous d’accord pour être responsable

Et oui, ce sera peut être VOTRE lapin, mais votre entourage doit être partant pour faire l’effort d’être attentif à votre animal lors de ses sorties (un accident est vite arrivé), s’il fait du bruit (surtout la nuit), si vous devez vous organiser pour l’emmener avec vous en vacances…

Permettre à un lapin de vivre avec vous dans de bonnes conditions pour tous demande en fait pas mal de rigueur et de disponibilité. Bien plus qu’on ne le pense. Si vous pouvez répondre à toutes ces conditions, alors il ne vous reste plus qu’à vous mettre à la recherche de votre futur compagnon à grandes oreilles, sans précipitation là encore ! Évitez de craquer pour le premier mignon petit lapin croisé en animalerie ou sur une petite annonce. Renseignez-vous bien sur sa provenance et son mode de vie avant de l’accueillir chez vous, car beaucoup ont déjà eu la mauvaise expérience d’acquérir un lapin en mauvaise santé et par la suite de devoir assurer des soins parfois très lourds ou de perdre prématurément leur compagnon. Ceci fera l’objet d’un article à part entière car il y a beaucoup à savoir à ce sujet.

Je vous souhaite une très heureuse vie auprès de votre futur animal, que ce soit un lapin ou pas 😉

 

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion sur “6 questions essentielles à se poser avant d’adopter un lapin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s